Le marché des téléphones mobiles sur le chemin de l’industrie de montage automobile

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le marché des téléphones mobiles a traversé une période de grands chamboulements dans le sillage de l’application de la politique gouvernementale visant la réduction de la facture des importations, décidée depuis le début de la chute des revenus pétroliers.

Les 600 millions de dollars générés par ce marché à l’importation ont été pointés du doigt pour opérer un tour de vis sur ce qui s’apparente-pour le Gouvernement en 2017- à une dépense « accessoire » pour les Algériens, à travers l’instauration des licences d’importation. Puis, coup sur coup, la suspension des importations avant d’aboutir, en janvier 2019, à leur « libéralisation » moyennant un droit additionnel provisoire de sauvegarde fixé à 60%.

Le Gouvernement a eu la main lourde dans l’application de la politique de rationalisation des importations. Les marques présentes en Algérie depuis plusieurs années ont été surprises de voir leur activité remise en cause du jour au lendemain. A contrario, cette mesure a grandement profité aux marques locales, mais aussi au commerce du ‘’cabas’’.

En plus de réduire la facture des importations, l’objectif du Gouvernement était d’amener les constructeurs étrangers à s’installer en Algérie.

Cette démarche est fort louable en ce sens qu’elle a permis en quelques mois de faire une décantation sur le marché. Seules les enseignes « sérieuses » se sont lancées dans des unités d’assemblage, malgré le vide juridique et l’incertitude. Mais tant qu’aucune stratégie claire n’est définie pour l’industrie d’assemblage ne risque-t-on pas de reproduire le même scénario de l’industrie de montage automobile ? Wait and see…

Partager

Poster une réponse